Annuaire

Rating
Featured/Unfeatured
Claimed/Unclaimed
hidab.jpg
Pôle 3 Boulevard n°3, Sétif

L’université de Sétif2, se caracterise par sa vocation des Sciences Humaines, au sens le plus large elle aspire a accomplir les taches suivantes:

1/ La prise en charge des tâches de formation supérieures, recherche scientifique et développement technologique.

A/ dans le domaine de formation:

  •   Enseigner les méthodes de recherche et mise à niveau de la formation.
  •   promouvoir les fillieres des langues et sciences humaines
  •   Contribuer à la production et la diffusion du savoir et la science.
  •   Participation à la formation continue.

B/dans le domaine de recherche scientifique :

  •  Contribuer à l’effort national de recherche scientifique et développement technologique.
  •  Participer a une production scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales
  •  Contribuer à la promotion et la diffusion de la culture nationale.
  •  Soutenir les capacités scientifiques nationales.
  •  Évaluation des résultats de la recherche et la diffusion de l’information scientifique et technique.

Elle possède 3 facultés:

La faculté des lettres et langues.
La faculté de droit et sciences politiques.
La faculté des sciences sociales et humaines.

ufc.jpg
Bp 41, Ahmed Ouaked.Dely Ibrahim Alger Bp 41, Ahmed Ouaked.Dely Ibrahim Alger
+213.21.91.07.30+213.21.91.07.30
+213.21.91.07.27

créée en 1990 , l’UFC n’a cessé , depuis lors , d’être une université proche du « terrain » . depuis sa création elle a formé prés de 100 000 adultes dans le cycle d’études supérieures – licences – DEUA.

l’UFC par la qualité et spécificité des ses formations autant qu’outil de recherche et de formation pour le monde de travail , offre la possibilité d’acquérir une formation adaptée aux besoins des nouvelles données économiques , dans le but de s’adapter pleinement aux perpétuels changements des éléments de la mondialisation .

l’UFC s’implique pleinement à l’usage de la généralisation de l’utilisation des nouvelles technologies , en mettant les technologie de l’information et la communication de l’éducation au service d’un nouveau mobile de la formation qu’est l’enseignement à distance qui conviendrait parfaitement aux travaileurs , et à une frange de la population que ne peut se déplacer facilement .

l’UFC est la seau université qui est déployée sur l’ensemble du territoire national algérien , et ce , de part son réseau de centre de formation continue (CFC) qui sont en nombre de 53 , à raison d’un CFC par wilaya (département) , comme son nom l’indique , elle est dédiée entièrement à la formation continue des adultes et à pour mission de pallier les insuffisances d’une formation initiales , d’ou résulte la notion de deuxième chance offerte à ceux qui désirent reprendre leurs études , d’accompagner le citoyen à viser l’insertion ou le maintien sur la marché du travail , la reconversion vers une autre activité professionnelle ou tout simplement la promotion sociale .

SON PUBLIC

Elle s’adresse aux personnes (salariés , demandeurs d’emploi ,professions libérales , ets , ) désireuses d’acquérir ou de développer une qualification , de valoriser leur expérience professionnelle , aux employeurs ( privés ou public ) souhaitant développer les compétences de leur salariés .

Aux niveaux scolaires et universitaires , des formations diplômantes et qualifiantes sont ouvertes à tous les publics qui souhaitent reprendre des études ou compléter leur formation .

SON IMPACT

Une des forces majeurs de la formation continue , l’Université de la formation continue est d’être à la fois proche de vous , à travers ses 53 centres de formation continue , qui sont organisés en réseau mutualisant et décuplant ainsi ses capacités d’impact , tant sur le plan régional et national . Les relations constantes entre ses centres permettent l’enrichissement mutuel et la construction d’offres de formation en faisant appel aux meilleurs spécialistes de chaque discipline . En effet , l’utilisation sans cesse croissante de l’enseignement médiatisé à distance facilite ces opérations .

SES FORMATIONS
La pré graduation (année préparatoire) : en vue de l’obtention de l’examen spécial d’entrée en 1ere année de graduation (BAC UFC)

La poste graduation Spécialisée ( P.G.S): C’est une formation diplômante destinée aux cadres d’entreprises et d’institutions, titulaires d’un baccalauréat, d’une licence de quatre années d’études universitaires et ayant trois années d’expérience professionnelle. La formation s’étale sur une durée de 12 mois.
Les formations qualifiantes et à la carte: Ce sont des formations qui s’adressent à un public hétérogène allant du simple salarié aux cadres dirigeants et même aux dirigeants. Elles leurs permettront de réactualiser leurs compétences ou d’en acquérir de nouvelles. La durée de ces formations est prédéterminée conjointement avec le demandeur, elle peut aller du stage de courte durée à celui de longue durée, selon l’objectif visé et le profil des candidats.

ghar.jpg
Ghardaïa, Algérie

Créé rattaché de l’université d’Alger à Ghardaia par la décision ministérielle conjointe of 08 Juillet 1425 au 24 Août 2004.

–  Par le décret exécutif n ° 05-302 en date du 16 Août 2005, le Centre universitaire de Ghardaia a été créé , avec la jointure de l’Institut national du commerce de Metlili au centre.

–  Mise à niveau du centre universitaire de Ghardaia dans les rangs des universités, dans le cadre du décret exécutif n ° 12-248 en date du 4 Juin, 2012.

Facultés Départements
Sciences et Technologie Sciences et Technologie
Mathématiques et Informatique
Sciences De La Nature Et De La Vie Et Sciences De La Terre Biologie
Sciences Agricoles
Sciences Economiques, Commerciales Et Des Sciences De La Gestion Sciences Economiques
Sciences Commerciales
Sciences de Gestion
Sciences Humaines Et Sociales Sciences Sociales
Sciences Humaines
Lettres Et Langues Langue et la Littérature Arabe
Langue et la Littérature Française
Droit Et Sciences Politiques Droit
Sciences Politiques
bouira.jpg
Rue Freres Boussendalah, Bouira, Algérie
+213.26.93.61.51+213.26.93.61.51
+213.26.93.49.38+213.26.93.49.38
+213.26.93.41.00

 Nombre d’étudiants diplômés durant l’année universitaire (2013-2014): 2874

  • Licence en système L .M.D: 2395
  • Licence en système classique: 109
  • En Master: 370

 Nombre d’étudiants inscrits pour l’année (2014-2015) en graduation:

  • Le total des étudiants inscrits: 18107

A- Nombre d’étudiants inscrit en Licence: 11959

  • En système L.M.D: 11959
  • En système classique: 00

B- Le nombre d‘étudiants inscrits en master: 6148

 Le nombre d’étudiants inscrits pour l’année (2014-2015) en post graduation: 114

1-  Le nombre d’étudiants inscrits en magister: 66

2-  Le nombre d’étudiants inscrits en doctorat : 48

 Le nombre d’étudiants inscrits dans les différentes filières du système L.M.D:

A- En licence: 11959

  • En Sciences et Technologie: 1810
  • En Sciences de la Matière: 301
  • En mathématique et informatique: 387
  • En Sciences de la Nature et de la Vie et Sciences de la Terre: 1521
  • En Sciences Economiques, Sciences Commerciales et Sciences de Gestion: 2354
  • En Sciences Juridique et Politique:1772
  • En Sciences Sociales: 804
  • En Sciences Humaines: 662
  • En Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives: 394
  • En Littérature Arabe: 1159
  • En Littérature et Langue Française:285
  • En Langue et Culture Amazigh: 303

B -En master: 6148

  • En Sciences Economiques, Sciences Commerciale et Sciences de Gestion: 1564
  • En science et technologie: 398
  • En Sciences de la Matière: 137
  • En Droit: 1802
  • En Sciences Sociales: 667
  • En sciences humaines : 466
  • En Langue et Culture Amazigh: 166
  • En littérature arabe: 691
  • En lettre et langue française: 53
  • En STAPS: 224

C- En post-graduation:

3-  Le nombre d’étudiants inscrits en magister: 66

  • En Littératures et langues: 26
  • En Sciences juridiques et administratives: 28
  • Science économique, commercial et sciences de gestion: 12

1-  Le nombre d’étudiants inscrits en doctorat : 48

  • En Sciences de la Matière: 10
  • En Langue et Culture Amazigh: 18
  • En Sciences Economiques : 20

Les laboratoires de recherches :

  1. Etude théorique et pratique approfondie à l’application du nouveau système d’enseignement LMD à l’université Algérienne en vue de créer des pôles universitaires pour un développement intégré.
  2. Gestion et Valorisation des Ressources Naturelles et Assurances Qualité (GVRNAQ).
  3. Procédés pour Matériaux, Energie, Eau et Environnement (PM3E).
  4. Matériaux et Développement Durable (MDD).
  5. Science modernes des activités physiques et sportives.
  6. Laboratoire de l’éducation, travail et de l’orientation.
  7. Laboratoire des recherches littéraires, linguistiques et didactiques amazighes.
  8. Laboratoire d’informatique, mathématique et physique pour l’agriculture et les forets (LIMPAF).
  9. Questions de littérature maghrébine.

 Encadrement pédagogique :

  • Professeur: 14
  • Maitre de conférences « A »: 36
  • Maitre de conférences « B »: 63
  • Maitre-Assistant « A »: 323
  • Maitre-Assistant « B »:129
  • Total: 565
oum.jpg
Université Larbi Ben M'Hidi, أم البواقي 04000

 

L’université Larbi Ben M’Hidi d’Oum El Bouaghi, qui s’étale sur 4 campus et une annexe, se compose de sept (07) Facultés et trois (03) Instituts. L’effectif global estudiantin est de 22 299 dont 21 418 sont en graduation et 1070 en Post-graduation. L’encadrement pédagogique est assuré par 783 enseignants dont 177sont de rang Magistral, ce qui représente un taux de 22 %. 70 offres de formation (Licence) et 58 offres de formation (Master) dans onze (11) domaines du système LMD. Chaque année l’ULBMOEB délivre 4 000 diplomes. Plus de 20 000 diplomes ont été délivrés depuis sa création en 1983 dont 4764 diplômes délivré en 2013.

La recherche scientifique et technologique est assurée dans neuf (09) laboratoires par 250 enseignants chercheurs permanents et une centaine de chercheurs associés. Plus de 600 thèses ont été soutenues depuis la création ede l’établissement.

Les manifestations scientifiques, culturelles et sportives occupent une place de choix au sein de l’université. Plus d’une cinquantaine d’activités ont  lieu chaque année.

A l’image du pays, l’université Larbi Ben M’hidi d’Oum El Bouaghi est en pleine mutation. Les objectifs visés sont : une meilleure qualité de la formation, une meilleure prise en charge du cadre de vie des étudiants et des personnels, plus de production scientifique de qualité. Les atouts que recèle notre jeune université peuvent lui assurer l’atteinte de ces objectifs.

  1. Historique de l’établissement :
    • Date de création de l’établissement le 07 mai 1983
    • Création de l’Ecole Nationale Supérieure (ENS) par décret exécutif n°314/83 du 07/05/1983
    • Annulation du décret exécutif n°314/83 portant création de l’Ecole Nationale Supérieure par décret exécutif n°204/84 du 18/08/ 1984
    • Création de l’Institut National Supérieur en Mécanique (INSM) par décret exécutif n°205/84 du 18/08/ 1984
    • Création du centre universitaire d’Oum El Bouaghi, composé de  quatre Instituts, par décret exécutif n°158/97 du 10/05/1997
    • Depuis le 1er  novembre 1999, le centre universitaire porte le nom du chahid Larbi Ben M’hidi
    • Création de l’université d’Oum El Bouaghi, composée de cinq (05) facultés et d’un (01) Institut, par décret exécutif n°09/06 du 04/01/2009.
    • Sept (07) Facultés et trois (03) instituts par décret exécutif n° 13-164 du 15 Avril 2013 modifiant et complétant le décret exécutif n° 09-06 du 04 Janvier 2009 portant création de l’université d’Oum El Bouaghi.
  2. Organisation de l’établissement :
  • Rectorat:  Recteur, 4 Vice recteurs:
    • La Formation supérieure des premier et deuxieme cycles, la formation continue et les diplômes, et la formation supérieure de graduation.
    • La Formation supérieure de troisieme cycle, l’habilitation universitaire, et la recherche scientifique, et la formation supérieure de post-graduation
    • Les relation extérieures, la coopération, l’animation et la communication et les manifestations scientifiques
    • Le Développement, la prospective et l’orientation
  • Sécrétariat Général,
  • Conservateur de la bibliothèque centrale.
  • Facultés (07) :
    • Lettres et langues
    • Sciences sociales et humaines
    • Sciences économiques, sciences commerciales et sciences de gestion
    • Droit et sciences politiques
    • Sciences et sciences appliquées
    • Sciences exactes et sciences de la nature et de la vie.
    • Sciences de la terre et d’architecture
  • Instituts (03) :
    • Gestion des techniques urbaines
    • Sciences et techniques des activités physiques et sportives
    • Institut de technologie
guelma.jpg
Guelma, Wilaya de Guelma, Algérie
+213.37.10.05.53+213.37.10.05.53
+213.37.10.05.55

Université pluridisciplinaire et multi sites, L’université 8 Mai 45 de Guelma inscrit de plus en plus ses formations dans le schéma LMD (licence/ master/ doctorat). Elle offre ainsi Nombre de domaines grands domaines de formation en licence et en master à plus de nombre étudiants répartis sur 3 sites (Centrale, Souidani et Héliopolis)

L’université compte 7 facultés dont 22 départements

  • Facultés des sciences et de la technologie
    • Département de génie des procèdes
    • Département de génie mécanique
    • Département de génie civil
    • Département d’électronique et de télécommunications
    • Département d’électrotechnique et d’automatique
  • Faculté de mathématiques et de l’informatique et des sciences de la matière
    • Département de mathématiques
    • Département d’informatique
    • Département des sciences de la matière
  • Faculté des sciences de la nature et de la vie et sciences de la terre et de l’univers
    • Département des sciences de la nature et de la vie
    • Département de Biologie
    • Département d’écologie et du génie de l’environnement
  • Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion
    • Département des Sciences commerciales
    • Département des Sciences économique
    • Département des Sciences de gestion
  • Faculté de droit et des sciences politiques
    • Département des sciences juridiques et administratives
    • Département des sciences politiques
  • Faculté des lettres et des langues
    • Département d’anglais
    • Département de français
    • Département de littérature arabe
  • Faculté des sciences humaines et sociales
    • Département des sciences humaines
    • Département d’histoire et Archéologie
    • Département des sciences sociales
ummto.jpg
Tizi Ouzou, Wilaya de Tizi Ouzou, Algérie

L’élaboration de la carte universitaire en 1974-1977 a porté sur la création de universités régionales : Alger, Annaba, Oran et Constantine avec des centres périphériques : Batna pour les Aurès, Sétif pour la Petite Kabylie, Tlemcen pour le sud-oranais et Tizi-Ouzou ou Bouira pour la Grande Kabylie. Tizi-Ouzou a été retenue par le Président Boumediène qui inaugura en 1977 (décret exécutif N°17-77 du 20/06/1977) le Centre Universitaire de Tizi-Ouzou (C.U.T.O.) dont le premier noyau fut réalisé dans l’ex-asile de vieillards de Oued-Aïssi.

En 1978, le Lycée de Hasnaoua est converti en annexe du campus de Oued-Aïssi. Le C.U.T.O. avait alors démarré avec (05)départements : -*Département des Sciences Exactes,

 

  • Département de Biologie,
  • Département des Sciences Juridiques et Administratives,
  • Département de Langue et Littérature Arabes,

 

  • Département des Sciences Economiques créé en 1978-1979, érigé par la suite en Institut.

La première rentrée universitaire avait accueilli 490 étudiants dont une cinquante de nationalités étrangères, encadrés par 27jeunes enseignants (moyenne d’âge inférieure à 30 ans).

D’autres locaux ont été récupérés un peu partout dans la commune de Tizi-Ouzou pour la formation des étudiants en Médecine et en Chirurgie Dentaire.

C’est grâce à l’ouverture de ce centre universitaire que la revendication culturelle berbère trouve un lieu d’expression stratégique. En effet, les militants de cette cause décident d’initier des activités culturelles telles que conférences, galas et expositions. Tizi-Ouzou devient ainsi l’espace de formalisation des revendications démocratiques et culturelles. Les premières associations autonomes commencèrent alors à se former à Tizi-Ouzou telles que : l’Union Médicale de Tizi-Ouzou, l’Association d’Enfants de Chouhada et en 1985, à Alger, la première Ligue Algérienne Des Droits de l’Homme. La journée du 20 Avril 1980, dite journée anti-répression, est annuellement célébrée sous l’égide des comités et associations estudiantins.

Un projet d’étude de la future université de Tizi-Ouzou fut initié par un bureau d’études américain en 1979-1980. Cependant, avec les événements d’Avril 1980, ce projet fut malheureusement mis en veilleuse pour être transféré à Blida.

Des équipements additifs sont réalisés sur le campus de Hasnaoua depuis 1980 tels que le foyer des étudiants, la bibliothèque centrale, la tour rectorale et les amphithéatres.

En 1984, la nouvelle carte universitaire avait éclaté le C.U.T.O. en(09) Instituts Nationaux d’Enseignement Supérieur (I.N.E.S.) :

  • I.N.E.S. des Sciences Juridiques et Administratives
  • I.N.E.S. d’Agronomie
  • I.N.E.S. de Biologie
  • I.N.E.S. de Langue et Littérature Arabes
  • I.N.E.S. de Génie Civil
  • I.N.E.S. des Sciences Economiques
  • I.N.E.S. des Sciences Médicales
  • I.N.E.S. d’Electrotechnique
  • I.N.E.S. d’Informatique

Pour l’hébergement, 04 cités universitaires sont réalisées :

  • Cité de jeunes filles de M’douha,
  • Cités de garçons de Oued-Aïssi, de Rehahlia et de Hasnaoua

En 1985-1986, le nombre d’instituts est passé à 12. En l’espace de 12 ans, l’effectif étudiant est multiplié par 22 comme l’indique le tableau ci-contre (V.R.P.O.I., U.M.M.T.O.) :

Effectifs 1977 81/82 82/83 85/86 89/90 90/91
Etudiants 490 2500 4054 6043 10383 13500
Enseignants 27 325 415 valeur 683 618

Le complexe Bio-Médical

En 1987-1988, un troisième campus fut réalisé à Boukhalfa (à 6 Km de Tizi-Ouzou) en vue de décentraliser Hasnaoua du fait que la communauté universitaire devient de plus en plus importante. Ce complexe universitaire s’est ensuite enrichi de deux cités, l’une pour les étudiants et et l’autre pour les enseignants.

Sur le plan des échanges scientifiques et culturels, le C.U.T.O.entretient des relations importantes et permanentes avec d’autres universités : celles du pays et celles se trouvant à l’étranger (Afrique, Moyen-Orient, Europe).

En 1989, cet important pôle a été élevé au rang d’Université (U.T.O.) par le Décret Exécutif N°89-139 du 01/08/89 avec l’ensemble des (09) instituts précédemment cités et (05) départements implantés sur (08)campus :

  • département d’Architecture
  • département d’Electronique
  • département des Langues étrangères
  • département des Sciences Exactes
  • département de Génie Mécanique

Les quatre premiers départements ont été érigés en Instituts en 1991 par le Décret Exécutif N°91-316 du 07/09/91. Quant au département de Génie Mécanique, il ne fut érigé en Institut qu’en 1995 par le Décret Exécutif N°95-206 du 04/08/95 modifiant et complétant l’article 02 du Décret Exécutif N°89-139 du 01/08/89 portant création de l’Université de Tizi-Ouzou.

Un département de Langue et Culture Amazighes a été créé par l’arrêté ministériel N°11 du 24/01/90.

Avec des effectifs progressant rapidement, l’université de Tizi-Ouzou a continué à s’étendre au sud-est de la ville pour s’implanter dans un premier temps sur un nouveau campus, l’ancienne ferme Bastos, pour abriter tout le pôle de Technologie et plusieurs cités universitaires, et dans un second temps sur le nouveau campus de Tamda

Actuellement,au titre de l’année universitaire 2013/2014, l’Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou (U.M.M.T.O.) comprend neuf (09) Facultés regroupant vingt neuf (29) départements, et assure la formation de 49392 étudiants.

skik.jpg

Aujourd’hui l’université exploite les infrastructures de l’ex-école d’agriculture qui abrite les départements de l’agronomie et des sciences de la nature et de la vie.
Le site d’El-Hadaiek s’étend sur 246 hectares situé à quatre (04) Km au sud ouest de la ville de Skikda,  sur la route d’El-Hadaiek, à flanc de colline entre la Rn 43 et le maquis de Djebel Msiouen. Il regroupe les infrastructures de l’ex-école d’agriculture et les infrastructures de l’ex ENSET. Les infrastructures   du Centre universitaire et  les infrastructures pédagogiques réalisées dans le cadre du Plan de Soutien à la Relance Économique (PSRE) sont venus renforcer le nombre de places pédagogiques de l’université.

De nombreux parcours de formations en licence et en master ont été proposés pour la période 2009-2014 et marquent une nouvelle étape dans la mise en place du système LMD .
Ce système a envisagé la mise en œuvre des mesures permettant un accueil optimal, un encadrement pédagogique et individualisé de chaque étudiant, des parcours progressifs, une grande diversité des orientations possibles, notamment en cursus professionnel.

Pour répondre aux besoins du marché du travail , l’université forme des cadres selon les critères de son environnement socio-économique. Elle offre des conditions particulièrement stimulantes pour construire un projet personnel et professionnel.
En plus de sa mission de formation à la réflexion et à la recherche, l’université propose des filières intégrant des enseignements d’orientation et de pré- professionnalisation, afin d’offrir aux étudiants des cursus différenciés et adaptés a leurs projets. Des professionnels issus du monde socio-économique sont au cœur de ces formations.
L’Université vous aide également dans vos recherches de stage aux: entreprises, hôpitaux, laboratoires et établissements à travers le service des stages au niveau du vice rectorat chargé de la formation supérieure des premier et deuxième cycles, de la formation continue et les diplômes, et de la formation supérieure de graduation

Licence professionnelle
Génie logiciel ,
Système d’informatique distribué et réseaux ,
Génie Urbain
Réhabilitation du vieux bâti,
Economie et tourisme,
Economie portuaire.

Master professionnel
Ingénierie des systèmes distribués,
Voiries et réseaux divers.

Recherche scientifique:

  • Laboratoires de Recherche: Douze (12) laboratoires de recherche agréés;
  • Habilitation, d’un projet d’une plate-forme d’analyse pétrochimique et contrôle industriel.

 Projets de recherche:

  • 90 projets de type CNPRU en cours d’exécution regroupant 200 enseignants chercheurs;
  • 12 projets de type PNR regroupement 72 enseignants chercheurs.


FACULTÉS

souk.png
Souk-Ahras, Wilaya de Souk Ahras, Algérie

Avec plus de 12 000 étudiants dont plusieurs dizaines d’étrangers, l’université de Souk-Ahras, présidée par le Pr. Zoubir Bouzebda , propose des formations dans des domaines aussi diversifiés que le droit, les sciences humaines, l’économie, la gestion, le management et les sciences et technologies.

La politique scientifique de l’université place la pluridisciplinarité au cœur de ses priorités. L’université est structuré en deux  pôles autour de six facultés et deux instituts.

 

L’université de Souk–Ahras a été créée en 1998 comme étant une annexe de l’Université Badji Mokhtar d’Annaba constituée de trois spécialités à savoir
– Les sciences juridiques et administratives.
– Informatiques de gestion.
– Tronc commun en Science exactes informatique et technologique.

Il y a eu un grand essor depuis qu’elle était annexe avec 270 étudiants et 05 enseignants dont 03 de l’université d’Annaba.

Les préoccupations majeures à cette époque, étaient de la hisser au Centre Universitaire. Ceci a été réalisé selon le décret ministériel numéro 01/279 du 18 décembre 2001. A partir de ce moment, le centre universitaire a connu un nouveau départ dans tous les domaines en un temps record en l’occurrence avec l’ouverture de plus de 20 spécialités. Il a été constaté en outre qu’il y a eu un net perfectionnement une prise en charge sur le plan pédagogique ainsi que de la recherche et ce à travers des colloques des séminaires et des journées d’études.

Durant cette période, 1418 étudiants étaient inscrits avec un encadrement de 91 enseignants entre permanents et associés. En date du 17 juin 2010, le ministre des Moudjahidines a eu l’insigne honneur de baptisé le centre universitaire au nom du défunt « Mohamed Cherif Messaadia » sur instruction de son excellence, le Président de la république, Monsieur Abdelaziz Bouteflika.

L’administration du centre a œuvré avec tous les moyens dont elle dispose pour la gestion le suivi des opérations des activités dont il a bénéficié comme infrastructures équipements pour se mettre au même diapason à partir de cet acquis au rang des grandes universités.
– Durant la période qui s’étend de 2001 à 2010 le centre universitaire a joui de 8000 nouvelles places pédagogiques répartis comme suit
– 2000 places pédagogiques entre 2004 et 2005.
– 1500 places pédagogiques entre 2006 et 2007.
– 4500 places pédagogiques entre 2009 et 2010.

Ces acquis ont aidé le centre à mettre tous les moyens nécessaires pour le perfectionnement des taches pédagogiques. Le 10/12/2011 son excellence le Président de le République Mr Abdelaziz Bouteflika a annoncé officiellement de hisser le centre universitaire dans un décret exécutif numéro 12-245 du11 Rajeb 1433 soit le 04 juin 2012 portant création de l’université de souk ahras.

Elle compte désormais 8 facultés:

el taref.jpg
El Tarf, El-Taref, Algérie

En Octobre 1992 , un institut Agrovétérinaire rattaché à l’Université Badji-Mokhtar de Annaba, a ouvert ses portes à El Tarf .

*En 2001 , il a acquis son autonomie fonctionnelle et a été érigé en Centre Universitaire par décret exécutif (décret de création n°01-276 du 30 Joumada Ethania 1422 correspondant au 18 septembre 2001 (JORA n°53 du 18.09.2001 pages 18-19)). Il était composé de deux instituts :

-Institut des Sciences vétérinaires -Institut des Sciences Agronomiques

*En 2006 , le centre universitaire d’El Tarf a été renforcé avec d’autres spécialités , en vertu du décret exécutif n° 06-279 du 16 Août 2006 (JO N° 52 du 20 Août 2006, Page 9), qui définit le nombre et la vocation des instituts le composant comme suit :

– Institut des Sciences de la Nature et de la Vie

– Institut des Sciences vétérinaires

– Institut des Lettres et des Langues

*En Juin 2012 , l’université d’El Tarf a été créée en vertu du décret exécutif N° 12-242 du 14 Radjab 1433 correspondant au 04 Juin 2012 portant création de l’Université d’El Tarf (JO n°35 du 20 Juin 2012) , et elle est composée des six facultés suivantes :

– Faculté des Sciences et de la Technologie

– Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie

– Faculté des Lettres et des Langues

– Faculté des Sciences Sociales et Humaines

– Faculté des Sciences Economiques , Commerciales et des Sciences de Gestion

– Faculté de Droit et des Sciences Politiques.

*En Octobre 2014, l’université d’El Tarf est baptisé « Université Chadli Bendjedid » conformément à la décision n ° 01/14 du 29 Dhou-al-Hijah, correspondante au 23 Octobre 2014 délivrée par le ministère de moudjahidin, portant dénomination des institutions universitaires.

j.jpg
El Anasser, Bordj-Bou-Arreridj, Algérie

 

L’Université Mohamed El Bachir El Ibrahimi de Bordj Bou Arréridj permet aux étudiants inscrits dans ses différentes facultés de suivre un enseignement de haut niveau qui s’inscrit dans un plan de développement régional et national multidisciplinaire fortement en adéquation avec son milieu environnemental.

La priorité est donnée en vue de leur offrir les meilleures chances de réussite dans leur cursus par la mise en place d’une politique de suivi et de veille qui prend en charge les préoccupations des étudiants. A cet égard, une attention particulière est désormais accordée à l’attractivité des offres de formations et la valorisation des formations professionnelles pour une meilleure employabilité par le resserrement de ses relations avec son environnement socioéconomique qui recèle de fortes potentialités dans les domaines des industries électroniques, le secteur agricole…

L’université accorde un intérêt particulier à la formation par la recherche en assurant une grande interaction avec les filières de post graduation au sein de ses différentes facultés, et en encourageant l’accès aux NTIC pour les étudiants en vue de se documenter dans le cadre des enseignements et de la recherche, par l’innovation et l’élaboration d’offres de formation performantes, de méthodes pédagogiques modernes appuyées sur le télé-enseignement, et en donnant aussi toute son importance au travail continu dans le système d’évaluation de l’étudiant, et par la création d’une cellule de soutien et d’aide aux étudiants dans le cadre du tutorat. Une grande importance est aussi attribuée à l’intégration dans les programmes pédagogiques de projets d’entreprises individuelles et de création de Start-Up par les étudiants eux-mêmes pour une meilleure autonomie et pour une prise en charge de projets personnels dans leur vie professionnelle future.

Cette stratégie menant à l’excellence conduit nécessairement l’Université de BBA à mettre à son service tous les atouts de son potentiel scientifique, humain et matériel pour réussir ce challenge scientifique et pédagogique de service public, dédié à l’enseignement et à la recherche scientifique.

Elle compte 7 facultés:

  • Faculté des sciences et de la technologie
  • Faculté des sciences de la nature et de la vie et sciences de la terre et de l’univers
  • Faculté des mathématiques et de l’informatique
  • Faculté des lettres et des langues
  • Faculté des sciences sociales et humaines
  • Faculté de droit et des sciences politiques
  • Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion
khenshla.jpg
40004 Route de khenchela, Khenchela, Algérie

le 14 Décembre 2011, Son Excellence le Président de la République, a annoncé la promotion du Centre Universitaire de Khenchela au rang d’Université, Et selon le décret exécutif 12/246 du 04 Juin 2012, incluant la création de l’Université de Khenchela, composée des Facultés suivantes:

  • Faculté des Sciences et de la Technologie.
  • Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie.
  • Faculté des Lettres et Langues.
  • Faculté des Sciences Sociales et Humaines.
  • Faculté des Sciences Economiques, Commerciales et Sciences de Gestion.
  • Faculté de Droit et des Sciences Politiques.
jijel.jpg
Ouled Aïssa, Jijel

Dans son évolution, l’université de Jijel est passée par plusieurs étapes de restructuration. Les premiers de son histoire remontent en 1986 date d’ouverture d’une annexe à l’université de Constantine conformément à la décision N°72 du 21/03/1986 du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Par le décret exécutif N° 62/88 du 22 mars 1988, l’annexe fut transformée en Ecole Normale Supérieure (ENS) ayant pour mission principale la formation des formateurs en sciences fondamentales, licence en mathématiques, en physique et en chimie

En 1993, et devant l’évolution continue des effectifs étudiants d’inscrits à l’école, il a été décidé d’intégrer, à cette dernière, l’institut des techniciens supérieur en travaux publics d’une capacité d’accueil de 400 places pédagogiques et 250 lits.

En juillet 1998, après l’élargissement du spectre des domaines de formation, la réception d’infrastructures pédagogiques tel que l’institut de métallurgie et l’acquisition de nouveaux équipements scientifiques, l’ENS a été dissoute et créé à sa place un centre universitaire en application du décret exécutif N°221/98 de 27/07/1998 regroupant quatre instituts : l’institut de technologie, d’Informatique, de biologie et des sciences exactes.

Le centre universitaire est érigé en université de Jijel par le décret présidentiel N°03-258 daté du 22 juillet 2003, sous forme d’un établissement public à caractère administratif doté d’une personnalité morale et d’une autonomie financière, comprenant quatre facultés : la faculté des sciences, la faculté des sciences de l’ingénieur, la faculté de droit et la faculté des sciences de gestion.

Par suite, et conformément au décret exécutif N° 09-92 du 17 février 2009, modifiant et complétant le décret exécutif N° 03-258 du 22 juillet 2003,le nombre et la vocation des facultés composant l’Université de Jijel ont été modifiées comme suit :

  • Faculté des sciences de la nature et de la vie
  • Faculté des sciences et de la technologie
  • Faculté des sciences exactes et informatique
  • Faculté de droit et des sciences politiques
  • Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion
  • Faculté des lettres et langues
  • Faculté des sciences humaines et sociales

Actuellement l’université de Jijel est répartis en deux sites :

  •  Le pôle universitaire central de Jijel
  •  Le pôle universitaire de Tassoust

 

  • Pôle universitaire de Jijel :

Le pôle universitaire centrale de Jijel englobe l’ensemble des domaines de formation relatives aux sciences technologique, sciences exactes et aux sciences de la nature et de la vie ; regroupés au sein de trois facultés, il s’agit de :

  • Faculté des sciences de la nature et de la vie
  • Faculté des sciences et de la technologie
  • Faculté des sciences exactes et informatique

Ces deux facultés accueillent 7716 étudiants en graduation, disposent plus de 390 enseignants permanents et proposent des formations dans deux systèmes : classique et L.M.D.

Le pôle centrale de Jijel abrite dans son nouveau système de formation dit : L.M.D des cycles de formations allant du niveau Licence au niveau Doctorat en passant par le Master, et organise un volume important de formation dans les domaines suivant :

  • Sciences et technologie
  • Sciences de la nature et de la vie
  • Sciences de la terre et de l’univers
  • Sciences de la matière
  • Mathématiques et informatique

Ce sont 8860 places pédagogiques qui sont à la disposition des étudiants du pôle central de Jijel répartis essentiellement entre 18 amphithéâtres, 73 salles de T.D et 51 laboratoires pédagogiques.

  •  Pôle universitaire de Tassoust :

Le pôle universitaire de Tassoust regroupe quatre facultés à savoir :

  • Faculté de droit et des sciences politiques
  • Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion
  • Faculté des lettres et langues
  • Faculté des sciences humaines et sociales

Ce pôle accueille cette année un effectif global de 12506 étudiants inscrits en graduation, encadrés par plus de 218 enseignants permanents et offre des formations dans les domaines suivants :

  • Sciences économiques, de gestion et sciences commerciales
  • Lettres et langues étrangères
  • Sciences humaines et sociales
  • Droit et sciences politiques
  • Langue et littérature arabes

La capacité d’accueil théorique en places pédagogiques s’élève à 12842 places ; répartis entre 20 amphithéâtres, 164 salles de T.D, 04 laboratoires pédagogiques, 05 salles informatique.

 

ENSM.png
Pôle Universitaire de Koléa, Koléa, Tipaza, Algérie
'+213.24.38.00.05'+213.24.38.00.05
'+213.24.38.00.05

L’école nationale supérieure de management d’Alger a été créée par Décret exécutif n° 08-116  du 09 avril 2008.  Première école supérieure publique de management,  l’ENSM est une  Ecole qui offre une deuxième compétence aux diplômés de l’enseignement supérieur. Elle est localisée, depuis juillet 2014, au pôle universitaire de Koléa (Tipaza), Elle est dotée de l’infrastructure et de l’encadrement nécessaires pour mener à bien  ses missions de formation de managers de haut niveau et ses objectifs de recherche scientifique. Elle fait partie des écoles créées par le décret exécutif n° 05-500 du 27 Dhou El Kaada 1426 correspondant au 29 décembre 2005 fixant les missions et les règles particulières d’organisation et de fonctionnement de l’école hors université.

Dans le cadre du service public d’enseignement supérieur, l’école assure des missions de formation supérieure et des missions de recherche scientifique et de développement technologique.

En matière de formation supérieure, l’école a pour mission fondamentale, dans son (ou ses) domaine (s) de vocation: d’assurer la formation de cadres hautement qualifiés, d’initier les étudiants aux méthodes de recherche et d’assurer la formation par et pour la recherche,  de contribuer à la production et à la diffusion du savoir et des connaissances, à leur acquisition et leur développement, de participer à la formation continue.

En matière de recherche scientifique et de développement technologique, l’école a pour mission fondamentale dans son (ou ses) domaine (s) de vocation :de contribuer à l’effort national de recherche scientifique et de développement technologique, de promouvoir le développement des sciences et des techniques, de participer au renforcement du potentiel technique national, de valoriser les résultats de la recherche scientifique et de diffuser l’information scientifique et technique, de participer au sein de la communauté scientifique internationale à l’échange des connaissances et à leur enrichissement.

L’école propose 5 spécialités:

Management stratégique et systéme d’information

Management des organisations

Management des ressources humaines

Management par la qualité

Management marketing

 

ENST.jpg
Dergana, Bordj El Kiffan, Alger, Algérie
'+213.21.21.71.43'+213.21.21.71.43
+213.21.21.53.97 +213.21.21.71.46

L’ENST a été crée par décret exécutif n° 09-20 du 23 Moharrem 1430 correspondant au 20 janvier 2009 portant création de l’école nationale supérieure de technologie. L’ENST a ouvert ses portes en septembre 2009 avec un effectif de 200 bacheliers.

L’ENST s’intègre dans la stratégie de développement des relations « Enseignement supérieur-secteur socioéconomique », au même titre que les écoles et instituts nationaux d’enseignement supérieur et doit leur apporter une valeur ajoutée. Dans ce contexte, elle a pour mission de :
Former dans les domaines de la technologie des diplômés de l’enseignement supérieur aux trois niveaux, Licence, Master, et Doctorat en relation avec les milieux économiques.

La pédagogie est conçue et conduite en relation étroite avec les milieux économiques grâce notamment aux stages et travaux sur projets industriels et aux prestations pédagogiques de cadres d’industrie.

Former des cadres intermédiaires et supérieurs en activité en réponse aux besoins des entreprises et notament des PMI-PME.

Conduire des activités de recherche et d’innovation technologiques et développer une activité de recherche technologique sur contrats avec l’industrie essentiellement; la mission première de recherche de l’école est le développement de recherches finalisées sur commandes industrielles.

Assurer un accompagnement à la création des entreprises par une activité d’incubation d’entreprises nouvelles.

Programmation de stages en industrie (30% des enseignements sont assurées par les spécialistes du secteur).

L’école propose 4 spécialités:
– Génie electrique et informatique industrielle
– Génie mécanique et productique
– Génie maintenance industrielle
– Génie logistique et transport

journalisme.PNG
11, rue Doudou Mokhtar, Ben Aknoun 16058

La nouvelle Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information recherche d’emblée à atteindre deux objectifs essentiels : tenir compte des besoins des secteurs utilisateurs d’une part, épouser les tendances modernes de la formation spécialisée en audiovisuel et dans les nouvelles technologies dans les pays développés, d’autre part.

Pourquoi une Ecole nationale supérieure de Journalisme ?
Au moment où les universités algériennes forment des milliers d’étudiants en sciences de l’information et de la communication, le secteur utilisateur s’est élargi en capacité d’offres d’emploi. Il en est ainsi de la presse privée (40 quotidiens en langue arabe et 40 en langue française) employant environ 3 000 journalistes, et des médias relevant du secteur public (télévision, radio et 6 quotidiens) totalisant un peu plus de 1 200 journalistes. Les entreprises, privées et publiques, ouvrent difficilement leurs portes aux diplômés de l’université. Les nombreux journaux publiés en langue française recrutent rarement les diplômés des départements de Sciences de l’information, et font de plus en plus appel aux diplômés des filières des sciences exactes ou de langues étrangères.

Les institutions de l’Etat (cellules de communication des ministères, des wilayas, des centres culturels,…) éprouvent d’énormes difficultés à expliciter les différentes décisions prises dans les secteurs névralgiques touchant la vie quotidienne des citoyens (santé, agriculture, transports, services,…).

Les petites et moyennes entreprises sont ignorées malgré l’existence de quelque 600 correspondants locaux de la presse nationale.

En fait, même si les défaillances de la communication sociale ne sont pas toujours inhérentes à la faiblesse de la formation dispensée dans les universités algériennes, il reste que, d’une part, celle-ci s’est fortement éloignée de la formation professionnelle dispensée de 1964 à 1975 à l’ancienne ESJ et, d’autre part, elle n’a pas tenu compte des tendances modernes des universités occidentales qui ont opté depuis le début de la décennie 90 pour la spécialisation, seule à même de répondre aux besoins du secteur utilisateur et des mutations de la société.

C’est pourquoi, l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information opte pour une formation visant à recycler des scientifiques, des économistes et des diplômés en sciences sociales pour les former à la profession de journalistes spécialisés dans ces divers domaines. Cet enseignement technologique fait partie intégrante d’un programme incluant la documentation, l’informatique, l’infographie, la médiathèque, le studio-radio et la télévision. Le rôle de l’Ecole consiste à cerner les grands dossiers d’actualité dans tous les domaines de la vie sociale (crime organisé, énergie, environnement, besoins alimentaires, réformes économiques, culture, démocratie…) et à en imprégner ses étudiants pour qu’ils soient à même de comprendre les grands enjeux économiques, sociaux et politiques ; de les décrire, de les expliquer et surtout de les analyser.

La filière des sciences de l’information intitulée Institutions et Gestion des médias est destinée à former des cadres gestionnaires maîtrisant le droit de l’information, les droits d’auteur, la publicité,la diffusion… Elle recherche fondamentalement à les faire participer pleinement à la gestion de leurs futures entreprises, à travers l’acquisition d’outils d’analyse et de perception de l’environnement administratif, juridique et économique dans lequel évolue l’entreprise de presse. Elle reste, en outre, la filière où se forment les futurs enseignants et chercheurs en sciences de l’information.

Dans le même département, la filière Médias et société partage ces objectifs de formation de formateurs et de chercheurs. Elle a vocation à faire mieux connaître les publics des médias, les divers usages des NTIC, pour comprendre les interactions sociales et les enjeux induits.

Quant aux autres filières elles répondent aux nouvelles exigences du monde moderne et ses multiples interprétations dans la spécialisation du journalisme. La filière Journalisme Institutionnel vise à promouvoir le journalisme de proximité (correspondants locaux) et les relations publiques des institutions locales, régionales et nationales.

Son objectif est de former pour assurer le droit des citoyens à la communication. Celui assigné à la filière journalisme économique est de promouvoir l’information économique qui perd de plus en plus de place dans les médias algériens. Telle est la philosophie de l’Ecole nationale supérieure : dispenser et mettre en pratique des fondamentaux de culture générale et de journalisme pratique au diapason des tendances modernes qui les impriment.

Ses spécialités:

  • Communication institutionnelle

Ce Master est destiné à former des cadres spécialisés en communication au niveau des entreprises et des institutions dans les secteurs : public, privé, culturel, politique,…ainsi que des cadres gestionnaires maîtrisant la communication corporate, la communication interne, les relations publiques, la publicité, le marketing…

  • Master Journalisme scientifique

Cette formation a pour objectifs d’inculquer aux étudiants venant des sciences exactes et les sciences médicales les principes de la communication et de l’information afin de vulgariser les notions scientifiques. Il s’agit de les initier, à travers un apprentissage théorique et pratique, à la réflexion en sciences sociales pour qu’ils transmettent aux citoyens la réalité des domaines scientifiques

  • Journalisme audiovisuel et nouveaux médias

Cette formation a pour objectif principal d’inculquer aux étudiants les principes du journalisme audiovisuel et des nouveaux médias à travers une immersion réelle dans un contexte d’apprentissage doté de l’ensemble des moyens techniques que requiert les nouvelles pratiques du journalisme.

  • Journalisme pratique

Cette formation vise à former les étudiants dans les pratiques journalistiques de la presse écrite, afin de pourvoir le monde du travail en journalistes accomplis, compétents et maîtrisant les fondamentaux du métier. Outre les aspects purement théoriques des sciences de l’information, il s’agit d’inculquer des différentes techniques qui permetront aux apprenants de maîtriser les process de fabrication d’un journal écrit depuis la rédaction de l’article, selon les différents genres journalistiques, jusqu’à l ’édition du journal.

  • Médias, société et culture

Le master Médias, sociétés et Culture est destiné à former des journalistes experts dans l’analyse des discours médiatiques en relation avec les faits de sociétés. II vise à analyser les relations et les images qui se tissent entre les médias et la société. En substance, il permet de comprendre l’apport, de saisir le rôle et le poids des médias dans la prise en charge et la gestion des faits de la société. Ce mastère cherche à faire participer activement les étudiants au décryptage des pratiques médiatiques dans des contextes sociaux et culturels variés.

Géopolitique des médias

cette spécialité est ouverte aux candidats disposant d’une licence en Sciences de l’Information, en Sciences politiques, en Droit et aux diplômés de l’ENA. Ne peuvent accéder à ce master que les candidats ayant subis des épreuves écrites en culture générale et en langues étrangères et un examen oral. Au préalable, les dossiers de candidature font l’objet d’une présélection sur la base des moyennes.

Les détenteurs du master Géopolitique des médias peuvent être recrutés dans les Institutions publiques, telle les ministères de la défense nationale, de l’intérieur, des affaires étrangères, de la justice, ou consultants dans les affaires internationales. Ils peuvent également se spécialiser en tant que journalistes politiques dans la presse nationales ou internationale

esi.png
Rue Guerouache Mohamedi 22000 Sidi Bel Abbès

l’ENSI porte en elle le symbole de la réussite et de la persévérance en matière d’informatique, elle participera pendant longtemps au développement de celle-ci et son objectif demeure de former des éléments compétents capables de relever les défis du futur et de contribuer au développement national.

Ses missions:

– La formation en graduation d’ingénieur d’état en informatique.

– La formation en première post-graduation, durant deux années, ouverte aux titulaires d’ingéniorat d’état en informatique pour l’obtention d’un magister en informatique.

– La formation en deuxième post graduation, durant quatre années, ouverte aux titulaires d’un magister en informatique pour l’obtention d’un doctorat en informatique.

– Assister le secteur industriel et socio professionnel en matière d’informatisation.

– Effectuer et promouvoir la recherche scientifique dans les domaines de technologie de pointe, notamment les technologies de l’information et de la communication, en coopérant avec des centres de recherches et universités nationaux et internationaux.

– La formation continue pour le perfectionnement de cadres d’entreprises.

– L’orientation des nouveaux bacheliers vers les établissements universitaires, qui est une opération d’envergure nationale.

 

 

ENSB.jpg

 L’Ecole Nationale Supérieure de Biotechnologie a été crée par le décret exécutif N°12-399 du 03 Moharrem 1433, correspondant au 28 Novembre 2011. L’ENSB est sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, avec le statut d’« Ecole Hors Université ».

 

Les différents textes de lois et les réglements régissant l’organisation et le fonctionnement administratif, pédagogique et scientifique de l’« Ecole Hors Université » sont les suivants :

 

  •  Décret exécutif N° 05-500 du 29 Décembre 2005, qui fixe les missions et les règles particulières d’organisation et de fonctionnement de l’Ecole hors université ;
  • L’Arrêté inter-ministériel du 17 Septembre 2007, qui définit l’organisation administrative de l’Ecole hors université et la nature et l’organisation de ses services techniques ;
  • L’Arrêté inter-ministériel du 12 Aout 2009, qui précise la classification de l’Ecole hors université et les conditions d’accès à ses postes supérieurs ;
  •  Le règlement intérieur de l’ENSB, qui établit son mode de fonctionnement et les droits et obligations des personnels et des étudiants.

    Le plan de formation graduée de l’ENSB s’inscrit dans une architecture générale axée sur une formation d’ingénieurs en Biotechnologie qui sert de support à des Masters parallèles de spécialité, spécifiquement et ponctuellement adaptés à la nature des profils d’activités et d’employabilité du secteur industriel. En aval, une formation doctorale et des cycles de formation continue sont programmés, afin d’assurer une recherche-développement qui, à la fois, soutiendra la qualité et l’actualité des enseignements et permettra une projection appliquée et un lien permanent au secteur économique
    L’école propose donc les 6 masters suivants:

  • Biotechnologie pharmaceutique
  • Biotechnologie végétale
  • Bioprocédés industriels
  • Biotechnologie cellulaire et moléculaire
  • Biotechnologie de l’environnement
  • Management
ecole des mines.png

L’École Nationale Supérieure des Mines et Métallurgie a pour mission de former des hommes et des femmes capables de concevoir et de mener des activités complexes et innovantes au plus haut niveau, en s’appuyant sur une culture à dominante scientifique d’une étendue, d’une profondeur et d’un niveau exceptionnels, ainsi que sur une forte capacité de travail et d’animation.

l’École forme de futurs responsables de haut niveau, à forte culture scientifique, voués à jouer un rôle moteur dans le progrès de la société par leurs fonctions dans les entreprises, les services de l’État et la recherche.

Elle comporte deux départements:

-Département Science et Génie des Matériaux

-Département Génie Minier

Showing 1 - 20 of 42 results