Home > Coin étudiant > L’Ecole Supérieure de Banque, plus qu’une école, une véritable micro société

L’Ecole Supérieure de Banque, plus qu’une école, une véritable micro société

//
Commentaires désactivés

L’Ecole Supérieure de Banque était pour moi une forteresse imprenable dans l’endroit le plus reculé de Bouzaréah. Accessible uniquement aux pistonnés et aux intellos boutonneux.esb

Et puis, j’ai commencé à y étudier. Vous l’aurez compris : la forteresse n’est pas aussi imprenable que cela. Pour y accéder, il suffit de passer le concours d’entrée (et de l’avoir cela va de soi). Comme son nom l’indique, l’Ecole Supérieure de Banque (ou pour faire court l’ESB) a pour mission de former des cadres supérieurs et moyens dans le domaine bancaire. Il existe donc deux cycles ; un cycle long (4 ans) et un cycle court (2 ans et demie). Par ailleurs, l’ESB est une structure de la Banque d’Algérie et n’est pas rattachée au Ministère de l’Enseignement Supérieur.

Conséquences : les diplômes obtenus ne sont pas reconnus par le dit ministère et les études sont payantes. Ainsi l’admission à l’école est soumise à un parrainage par une institution financière  ou par une entreprise économique. L’étudiant dans ce cas devra signer un contrat de fidélité envers l’institution qui lui assurera le paiement de ses études. Il devra ainsi travailler pour cette institution pour la durée décidée dans le contrat. Autant le dire tout de suite, cette durée est assez longue (le double de la durée de la formation), sinon l’étudiant peut toujours s’auto-parrainer.

Le programme des études à l’ESB est plutôt chargé. Avec 27 heures de cours par semaine, on a rarement banquierl’occasion d’avoir un peu de répit. Mais d’après mon humble expérience, les études ne sont pas si difficiles que ça (surtout si on est passionné par le domaine).  Tout n’est pas toujours très rose car une bête noire – j’ai nommé « le stress » – vient faire des siennes, et autant vous le dire tout de suite, à l’ESB le stress est omniprésent ! Et pour cause, le règlement des études est assez strict et bien particulier… Le système est modulaire, et pour avoir son module il faut avoir une note au – delà du « seuil ». Le seuil, un mot barbare pour tout – ancien ou actuel- élève de l’ESB, c’est simplement 80% de la moyenne de toute la promotion à l’examen du module. Oui, oui, ceci n’est pas bien simple en effet ! mais il faut savoir qu’une fois à l’école, on devient très vite un pro du calcul du seuil. D’ailleurs le calcul du seuil est un module à part entière dans le cursus, blague d’Esbiste… Esbiste ? Le surnom peut prêter à sourire mais c’est ainsi que les élèves de l’ESB se surnomment. Ce n’est pas tout simplement un surnom mais une appellation qui regroupe un état d’esprit, des expériences, et une façon de voir les choses propres aux Esbistes.

A force de vivre en nombre réduit, et dans cet espace si particulier qu’est l’ESB, l’étudiant est imprégné non seulement par les autres mais aussi par l’école. Une véritable micro société s’est développée dans ce site de 17 hectares, tout en verdure, et qui comprend à la fois la résidence des étudiants, les locaux pédagogiques, la bibliothèque et un site sportif.

Une société où tout le monde se connaît mais ne se parle pas toujours, où quelques – uns s’entraident tandis que d’autres s’échangent les coups.. bas ! Une société avec ses hauts et ses bas, mais qui vous forge le caractère et vous marque à jamais, indéniablement.

Tinhinan Kahlouche

Commentaires

commentaires


Vous aimerez aussi
BAC à Constantine : des candidats de plus de 40 ans pour le BAC
Congrès Des Mathématiciens Algériens Cma’2016
Le premier colloque international sur la géologie de l’atlas saharien (GAS-1)
NCA Rouiba recrute