Home > Niveau > Lycée > BAC: Benghebrit s’exprime sur la fraude au bac 2016 et l’enseignement des matières scientifiques en français

BAC: Benghebrit s’exprime sur la fraude au bac 2016 et l’enseignement des matières scientifiques en français

//
Commentaires désactivés

 

La ministre de l’Éducation nationale, Mme Nouria Benghebrit, était à Tizi-Ouzou ce mercredi dans le but d’assister à une cérémonie de remise des prix aux meilleurs lauréats des trois examens, Baccalauréat, BEM et 5e année primaire de la wilaya de Tizi-Ouzou organisée par la direction de l’éducation de la wilaya en question en coordination avec le wali. La ministre a félicité les élèves qui ont honoré la wilaya qui trône sur le classement national de tous les cycles depuis huit années, elle a aussi tenu à féliciter les enseignants et travailleurs qui se sont donnés à fond pour obtenir ces résultats.La ministre en a également profité pour répondre à quelques questions relatives à son secteur lors d’un passage sur une radio locale.

Elle revient une fois encore sur la fraude au Bac 2016, en déclarant :

« C’était une tentative terroriste pour abattre la société mais la société a relevé le défi. C’était une mauvaise expérience que nous avons su transformer en victoire »

Elle explique également que « si les quatre personnes impliquées dans cette fraude ont été placées en détention provisoire et que si l’instruction suit toujours son cours, concernant les autres personnes qui ont partagé les sujets et les réponses sur les réseaux sociaux, il y a lieu de souligner que la fraude virtuelle n’existe pas dans le Code pénal ».

La ministre promet de nouvelles mesures pour lutter contre ce genre de fraude,  « À la rentrée, nous allons demander l’introduction de nouvelles dispositions dans le Code pénal pour adapter ainsi la loi aux nouvelles technologies de l’information et surtout sanctionner les fraudeurs à tous les examens de l’éducation nationale.  Celui qui photographie un sujet et l’introduit sur un réseau social dix minutes après sa distribution doit être inquiété, même sévèrement sanctionné », soutient-elle.

Mme. Benghabrit a aussi assuré ne pas avoir annoncé l’enseignement des matières scientifiques en langues étrangères, comme le prétend la rumeur. « L’enseignement se poursuivra dans la langue arabe mais la terminologie scientifique, en anglais et français notamment, sera introduite dans les manuels scolaires et dans des glossaires pour permettre aux élèves de participer à des tournois et concours à l’étranger et pour mieux les préparer pour les études universitaires », Et ce notamment suite aux remarques des lauréats au concours méditerranéen de mathématiques qui ont reconnu avoir rencontré des soucis lors de ce concours à cause de l’anglais.

Mme la ministre a souligné le net recul qu’enregistre l’enseignement de la langue amazighe à travers le territoire national. Elle a parlé du lancement d’une étude et une analyse sur le terrain pour d’éventuels aménagements et réformes «dans une dynamique de généralisation».

Commentaires

commentaires