Home > Niveau > Collège > Saviez-vous? M’hamed Ben Rahal, le premier bachelier algérien!

Saviez-vous? M’hamed Ben Rahal, le premier bachelier algérien!


Si M’hamed BEN RAHAL a été le premier algérien à obtenir le Baccalauréat en Algérie en 1874, Il a consacré sa grande culture et sa notoriété à défendre par la parole et l’écrit les droits civiques, politiques et culturels des Algériens auprès des plus hautes instances des autorités coloniales. Il fut le premier Algérien à obtenir le baccalauréat au terme des études secondaires qu’il avait suivies au lycée impérial d’Alger, avant d’être nommé Khalifa d’Agha en 1876. Auparavant, il avait suivi les cours de la première école franco-arabe de NEDROMA ouverte en 1865.

 

m_hamed_ben_rahal.pdf

Né en 1858 à NEDROMA, M’hamed BEN RAHAL est le fils de Hamza, notable bourgeois et cadi de cette même ville, nommé par l’Emir Abdelkader et confirmé par les autorités coloniales. En 1878, le père est mis d’office en retraite pour n’avoir pas accepté d’être le simple auxiliaire des autorités coloniales. En parfait bilingue, le fils, lettré et pieux, qui est déjà allé jusqu’au bac au lycée français d’Alger en le fréquentant de 1871 jusqu’à 1874, remplace en 1878 ainsi le père déchu. Il est entendu en 1891 par la commission sénatoriale des «dix-huit» présidée par Jules Ferry, le père de l’école publique française, venu enquêter en Algérie, et auquel il dénonça l’arbitraire du régime d’indigénat, réclamant les

réformes fiscales, la généralisation de l’enseignement public et le droit à la représentativité politique des Algériens au sein du parlement. En 1897, il participe au congrès des orientalistes ayant eu lieu à Paris. De 1903 à 1907, il est à Oran en tant qu’assesseur musulman au conseil général d’Oran.

En 1912, il part à la tête d’une délégation de l’Oranie pour demander l’abrogation du décret Messimy qui imposait le service militaire obligatoire aux jeunes Algériens.

Si M’hamed BEN RAHAL était connu pour être un véritable rhéteur dans les deux langues (l’arabe et le français), du témoignage même de Ferhat Abbas, l’autre grand monument national dans son livre «La Nuit Coloniale». Pour revenir à l’intellectuel et écrivain, il faut noter que M’hamed BEN RAHAL est le premier à avoir écrit en 1891, une nouvelle en langue française intitulée «La vengeance du Cheikh». Il participe dans des journaux coloniaux «l’Echo d’Alger et l’Echo d’Oran», ainsi que dans le bulletin de la société de géographie et d’archéologie d’Oran. BEN RAHAL intervient plusieurs fois dans les premiers journaux algériens, notamment «EL HAK», un hebdomadaire ayant vu le jour en 1911 à Oran. Voilà résumée la vie d’un véritable intellectuel, mort en 1928, et qui, en son temps, a osé porter haut la voix de ses semblables

illettrés dans la grande majorité, non pas pour demander l’indépendance, l’idée à cette époque était irréaliste, mais simplement pour demander un peu de justice, et ils ne sont pas nombreux ces intellectuels musulmans du début du 20ème siècle qui ont tenté à travers les rares tribunes qui leurs étaient offertes de plaider la cause des leurs en essayant de faire pencher la balance de la justice envers les démunis et les dépourvus de toute considération.

Si M’hamed BEN RAHAL est un véritable précurseur de l’éveil national et un éminent écrivain contre le colonialisme, il était un homme de culture et de science et l’un des pionniers de la pensée algérienne qui a utilisé sa plume au service de l’identité culturelle algérienne. Son militantisme en faveur de l’enseignement pour les garçons et les filles et de la promotion de la langue arabe ont été marqués également par sa lutte contre la responsabilité collective imposée aux Algériens et son rejet au projet de destruction de la grande mosquée d’Alger. Il a été également l’auteur de plusieurs articles dont le plus célèbre celui qu’il a écrit en 1897 dans lequel il a dénoncé l’ignorance et la division.

Commentaires

commentaires


3 Réponses

  1. yacine

    Grand Homme.
    Pour la précision, Riad Mahrez est de la région de Benisnous (ait snous) qui est la seule région berbère de l’ouest algérien. Son village est « Khemis ».

  2. on devrait apprendre dans nos écoles et faire connaitre que l’indépendance est un tout chacun a participé a sa manière::depuis EMIR ABDEL KAADER a 1962..MERCI YA SI BERRAHAL. RABI YARHAMEK ET TA DESCENDANCE..